Denise Proulx
Agence QMI

Les espoirs des vignerons tournent au vinaigre

Les espoirs des vignerons tournent au vinaigre

Daniel Lalande, président du Vignoble Rivière du Chêne. Photo Sébastien St-Jean / Agence QMI

Denise Proulx

MONTRÉAL - Les quatre plus importants vignobles du Québec se sentent floués par le ministère de l'Agriculture du Québec (MAPAQ) qui vient de leur couper, sans préavis, le versement d'une aide financière.

Cette contribution est attendue depuis l'été, dans le cadre du Programme de commercialisation et de mise en valeur des vins québécois dans le réseau de la Société des alcools du Québec (SAQ). Cette somme devait bonifier le prix payé aux vignerons par la société d'État.

Le vignoble de l'Orpailleur espérait toucher 285 000 $, l'entreprise Les vignobles Rivière du Chêne, avec 74 400 bouteilles de vin livrées en 2014-2015, attendait 235 000 $, le Domaine du Ridge comptait obtenir 175 000 $ et celui du Domaine Les Brome 102 000 $. Ces vignobles ont plutôt reçu chacun un chèque de 100 000 $ du MAPAQ, accompagné d'une lettre du ministre Pierre Paradis les avisant que dorénavant le plafond d'aide sera limité à ce montant par année.

Auparavant, il était de 300 000 $ par entreprise comme l'indiquait le programme, peu importe le nombre de bouteilles vendues.

«J'ai reçu l'équivalent de 1,34$ par bouteille, alors que nous devions en encaisser 4 $. Ça me place dans une situation financière très difficile face aux prêteurs», a expliqué Daniel Lalande, propriétaire du vignoble Rivière du Chêne, qui a déposé une plainte détaillée au Protecteur du citoyen du Québec.

Avec l'annonce du programme en 2013, le vignoble des Basses-Laurentides avait modifié sa stratégie d'affaires pour privilégier la vente à la SAQ, de préférence aux restaurateurs et aux particuliers. En 2015, il a augmenté ses livraisons de 2500 à 6500 caisses à la SAQ. Il a acheté une terre et fait des investissements pour doubler sa production d'ici trois ans.

Un ministre invisible

«Le ministre Paradis ne nous parle pas, il ne répond à aucun de nos appels. Il faut faire affaire avec le bureau du premier ministre et celui du ministre des Finances pour apprendre que le programme sera maintenu, tel que promis, jusqu'en 2017. Le problème vient du MAPAQ qui le gère», a renchéri le président de l'Association des vignerons du Québec, Yvan Quirion.

Argent n'a pas été en mesure de parler au ministre Paradis, absent pour la semaine. De son côté, le cabinet du ministre des Finances Carlos Leitao estime que le dossier relève du MAPAQ.

Des mesures permanentes

Tout comme il en existe ailleurs au Canada et dans le monde, et pour les producteurs québécois de cidre, les vignerons veulent la mise en place de mesures permanentes qui ne seraient pas dépendantes des variations budgétaires et des humeurs ministérielles.

«On veut que nos chèques viennent chaque mois de la SAQ et que le gouvernement fasse ses calculs avec elle», poursuit M. Quirion.

En 2014-2015, la SAQ a vendu 2 millions de bouteilles de vin québécois, soit une augmentation de 80 % sur l'année précédente.

Aussi sur Canoe.ca:



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos