AFP
Agence QMI

À Wall Street, l'indice vedette Dow Jones creuse ses pertes et lâche 2 %

À Wall Street, l'indice vedette Dow Jones creuse ses pertes et lâche 2 %

AFP

AFP

À Wall Street, l'indice Dow Jones Industrial Average creusait ses pertes mercredi en cours de séance et perdait plus de 2 %, affecté par une lourde chute des valeurs de la technologie dans un contexte de hausse des taux américains.

Vers 13 h 50 (heure de New York) l'indice vedette de Wall Street lâchait 2,02 % à 25 895,82 points, après avoir perdu jusqu'à 2,15 % quelques minutes plus tôt, soit près de 600 points.

L'indice Nasdaq accélérait sa chute à moins d'une heure de la clôture et perdait plus de 3 %, dans un contexte de plongeon des valeurs technologiques et de nouvelles tensions sur le marché obligataire.

Vers 14 h 20, le Nasdaq, à forte coloration technologique, perdait 3,05 % à 7502,33 points après avoir cédé jusqu'à 3,15 % quelques minutes plus tôt. L'indice vedette Dow Jones Industrial Average abandonnait quant à lui 2,32 % à 25 816,40 points et l'indice élargi S&P 500 perdait 2,46 % à 2809,41 points.

Les valeurs de la technologie regroupées au sein du S&P 500 plongeaient de 3,26 % mercredi, un revers pour ce secteur traditionnellement moteur de la progression des indices à Wall Street.

Facebook chutait par exemple de 2,46 %, Apple de 2,82 % et Snap de 4,79 %.

« Les valeurs de la technologie souffrent, car les gérants de portefeuille se détournent de ce secteur de croissance pour aller vers des entreprises qui présentent davantage de sécurité », a réagi Tom Cahill de Ventura Wealth Management.

Ce secteur a dégringolé de 7 % depuis jeudi dernier.

Le mouvement de crainte était alimenté par une nouvelle tension sur les taux d'intérêt américain mercredi, le rendement des bons du Trésor à 10 ans évoluant à 3,222 %, proche de son plus haut depuis 2011, et celui à 30 ans à 3,395 %.

« Bien qu'on ne touche pas à nouveau des plus hauts (atteints mardi), on s'en rapproche beaucoup », a commenté M. Cahill.

Même si elle est la conséquence de la bonne santé de l'économie américaine, la récente envolée de ces taux siffle peut-être la fin de partie pour les courtiers de Wall Street qui ont largement profité ces dernières années des taux bas de la Banque centrale américaine (Fed) pour emprunter massivement de l'argent peu cher.

C'est également le signal que le marché obligataire devient plus rémunérateur, et qu'il concurrence désormais davantage le marché des actions.



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos