AFP
Agence QMI

Wall Street, ébranlée par la Turquie et la Chine, termine en baisse

Wall Street, ébranlée par la Turquie et la Chine, termine en baisse

AFP

AFP

NEW YORK | La Bourse de New York a terminé dans le rouge mercredi, de nouveau fragilisée par les inquiétudes liées à une possible contagion de la crise financière turque ainsi que par un accès de faiblesse du secteur technologique chinois.

Son indice vedette, le Dow Jones Industrial Average, a perdu 0,54 % à 25 162,41 points.

Le Nasdaq, à forte coloration technologique, a lâché 1,23 % à 7.774,12 points.

L'indice élargi S&P 500 a reculé de 0,76 % à 2818,37 points.

Wall Street avait profité mardi d'un léger rebond de la livre turque pour se redresser nettement après plusieurs séances agitées. La devise continuait à se ressaisir mercredi, mais la situation économique du pays suscitait toujours des inquiétudes.

Les marchés redoutent surtout que la crise turque ne touche plusieurs banques européennes ainsi que d'autres pays émergents, au moment où ces derniers sont déjà fragilisés par les hausses des taux d'intérêt intervenues ces derniers mois aux États-Unis. Cette évolution fait monter la monnaie américaine et renchérit de ce fait le remboursement des dettes détenues en dollars.

Dans ce contexte, « les investisseurs font preuve d'une aversion certaine pour les actifs plus risqués: les matières premières comme les marchés actions sont en baisse », a remarqué Jack Ablin de Cresset Wealth Advisors. Dans le même temps, les actifs considérés comme des valeurs sûres tels le dollar, le yen ou la dette américaine attirent les courtiers.

Signe d'une demande robuste de la part des investisseurs, les rendements sur les bons du Trésor américain reculaient ainsi nettement: le taux à dix ans baissait vers 20 h 15 GMT à 2,859 % contre 2,899 % à la clôture mardi, et celui à 30 ans évoluait à 3,029 % contre 3,067 % la veille.

« Pourtant les données sur l'économie américaine diffusées ce matin étaient très bonnes, mais elles sont reléguées au second plan par la crainte des répercussions sur l'économie mondiale » de la situation en Turquie, a souligné M. Ablin.

Les consommateurs américains ont notamment démarré les dépenses de rentrée sur un rythme solide en juillet tandis que la productivité s'est accélérée au deuxième trimestre.

Les courtiers de Wall Street ont aussi été ébranlés par des signes de faiblesse en Chine selon Shawn Cruz de TD Ameritrade.

Le géant chinois de l'internet et des jeux sur mobile Tencent a en particulier fortement pâti de l'annonce d'une suspension depuis trois mois des permis de commercialisation à de nouveaux titres de jeux vidéo, apparemment pour des raisons administratives.

« Cela a provoqué un large mouvement de ventes du secteur de la tech en Chine » qui s'est répercuté sur le Nasdaq à Wall Street, a estimé M. Cruz.



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos