Sylvain Larocque
Journal de Montréal

CAE dépensera 1 G$ en 5 ans

CAE dépensera 1 G$ en 5 ans

Conférence de presse pour l'annonce d'un investissement de 1 milliard $ en innovation chez CAE pour les 5 prochaines années.Photo Agence QMI, Joël Lemay

Sylvain Larocque

Le fabricant de simulateurs de vol CAE investira 1 milliard $ en recherche et développement au cours des cinq prochaines années. Les gouvernements fourniront près du cinquième de cette somme.

Il s'agit d'une augmentation de 33 % par rapport aux quelque 750 M$ que l'entreprise montréalaise a consacrés à la R et D au cours des cinq dernières années.

Réalité augmentée

L'investissement doit permettre à CAE d'intégrer la réalité virtuelle, la réalité augmentée, les mégadonnées et l'intelligence artificielle dans sa prochaine génération de simulateurs et de solutions de formation pour l'aviation, la défense et les soins de santé.

« Ce qu'on va découvrir, on ne le sait pas encore, comme c'est souvent le cas dans le numérique », a lancé le PDG de CAE, Marc Parent.

Les premiers ministres Justin Trudeau et Philippe Couillard étaient présents à l'annonce, faite aux installations de CAE dans l'arrondissement montréalais de St-Laurent.

Création de 400 emplois

Quelque 400 emplois doivent être créés, dont 335 à Montréal. Du milliard de dollars, 721 millions $ seront investis au Québec. CAE entend également « mettre à jour les compétences numériques » de 1700 de ses quelque 4000 salariés canadiens, dont 3200 travaillent à Montréal.

Le gouvernement fédéral a consenti un prêt de 140 millions $ et une subvention de 10 millions $ à l'entreprise tandis que Québec lui a accordé un prêt sans intérêt de 42,5 millions $ et une subvention de 5 millions $.

Rappelons qu'en 2014, Ottawa avait prêté 250 millions $ à CAE, une somme que l'entreprise doit rembourser intégralement d'ici 2029.

Par ailleurs, M. Parent n'a pas voulu s'avancer sur le sort de l'entente annoncée l'automne dernier pour la création d'un centre de formation certifié CAE en Arabie saoudite.

« On ne peut pas vraiment spéculer là-dessus en ce moment », a-t-il dit, au sujet des conséquences de la crise diplomatique entre Ottawa et Ryad.



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos