Sylvain Larocque
Journal de Montréal

Transat compte rejoindre Aéroplan

Transat compte rejoindre Aéroplan

Photo courtoisie

Sylvain Larocque

Transat change de stratégie : après avoir longtemps soutenu qu'il n'avait pas besoin d'un programme de fidélisation pour rivaliser avec ses concurrents, le voyagiste a fait part hier de son intention de rejoindre Aéroplan.

Si l'accord de principe annoncé mardi se concrétise, les clients de Transat pourront accumuler des milles Aéroplan en achetant des billets d'avion et des forfaits vacances, à partir de juillet 2020. Ils pourront également échanger des milles pour voyager avec Transat.

Surprenant

« C'est une belle occasion pour nous d'attirer une nouvelle clientèle qui veut accumuler et échanger des milles Aéroplan pour ses voyages vacances », a déclaré Joseph Adamo, chef de la distribution chez Transat.

L'annonce a de quoi surprendre. Jusqu'à tout récemment, le PDG de Transat, Jean-Marc Eustache, assurait qu'un programme de fidélisation n'était pas nécessaire en raison du fait, notamment, qu'une grande partie de la clientèle de l'entreprise est composée de voyageurs d'agrément plutôt que de gens d'affaires.

M. Eustache cédera sous peu son poste à l'actuelle chef de l'exploitation de Transat, Annick Guérard.

Nouvelle offre d'Air Canada ?

Le ciel demeure toutefois brumeux concernant l'avenir d'Aéroplan. L'an dernier, Air Canada a annoncé l'abandon pour 2020 du programme qu'il a créé en 1984.

Pour survivre, la société mère d'Aéroplan, Aimia, veut offrir à ses membres la possibilité d'échanger des milles contre des billets de n'importe quelle compagnie aérienne, dès 2020.

Aimia a aussi conclu des ententes avec Porter de Toronto et Flair d'Edmonton, pour permettre à leurs clients d'accumuler des milles Aéroplan.

La semaine dernière, Aimia a rejeté les avances d'Air Canada, qui proposait de racheter Aéroplan pour 250 millions $, puis pour 325 millions $. Aimia en demande 450 millions $.

L'analyste Benoit Poirier de Desjardins voit d'un bon oeil l'annonce de mardi. « Soulignons cependant que cette occasion d'affaires pour Transat disparaîtrait si Aimia décidait de vendre Aéroplan à Air Canada », écrit-il dans une note.



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos