Michel Bellemare
Agence QMI

Groupe CH: action collective demandée pour non-respect des normes du travail

Groupe CH: action collective demandée pour non-respect des normes du travail

Ben Pelosse / JdeM

Michel Bellemare

Une demande d'autorisation en action collective a été soumise à la Cour supérieure du Québec, vendredi, contre L'Aréna des Canadiens, une entreprise du giron du Groupe CH et de la famille Molson, pour non-respect de la Loi sur les normes du travail.

La demande a été déposée par Joanie Godin, une ancienne employée qui soutient que l'entreprise a un système de rémunération et d'horaires qui ne respecte pas la loi, notamment en ne reconnaissant pas comme il se devrait les heures supplémentaires travaillées et en ne les payant de la façon prévue par la Loi.

L'Aréna des Canadiens «administre de manière générale tout ce qui ne relève pas directement des «opérations hockey», mais qui est en lien direct ou indirect avec l'équipe de hockey connue sous le nom «Canadiens de Montréal»», souligne le document déposé devant la cour. «La Défenderesse opère aussi à titre d'employeur notamment sous les noms : evenko, Heavy Montréal, Le restaurant 9-4-10, Le Théâtre Corona, Osheaga, [et] Tricolore Sports.»

Dans la demande à la cour, il est expliqué, à titre d'exemple, comment, pour la semaine du 30 octobre au 5 novembre 2017, Mme Godin a cumulé 77,5 heures de travail réparties sur sept jours consécutifs sans être rémunérée de la façon prévue par la loi.

Au total, pour la période au cours de laquelle elle a été à l'emploi de L'Aréna des Canadiens (octobre 2016 et à avril dernier), Joanie Godin réclame 4158,45 $ représentant, principalement, des heures supplémentaires non correctement rémunérées, plus intérêts.

Dans le document préparé par son avocat, Sébastien Paquin-Charbonneau, il est mentionné que Joanie Godin a contacté d'anciens employés de L'Aréna des Canadiens «qui lui ont permis de confirmer les pratiques qu'elle dénonce».

Mme Godin, qui occupait le poste de coordonnatrice principale à la rédaction au moment de son départ de l'entreprise, demande donc de représenter les autres employés actuels ou passés de cet employeur dans une action collective destinée à faire respecter leurs droits et intérêts sur une base individuelle dans le cadre de l'action collective demandée. Le nombre de personnes potentiellement touchées par un tel recours est estimé à plusieurs dizaines.



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos