Agence QMI
Agence QMI

Le cannabis pourrait générer des ventes de 7,17 milliards $

Le cannabis pourrait générer des ventes de 7,17 milliards $

Photo AFP

Agence QMI

Le marché du cannabis au Canada pourrait générer jusqu'à 7,17 milliards $ de ventes en 2019, dont plus de la moitié provenant du secteur légal, selon un rapport de la firme Deloitte, publié mardi.

Dans son rapport, le cabinet d'audit et de conseil précise que les ventes légales pourraient générer jusqu'à 4,34 milliards $ dès la première année de la légalisation du cannabis. Toutefois, même si l'un des objectifs de la légalisation est d'éliminer le marché noir, les ventes provenant du marché illicite pourraient continuer de générer environ 1 milliard $ annuellement.

Au fil du temps, Deloitte prédit cependant que les ventes légales pourraient augmenter de 35 % «car les nouveaux utilisateurs potentiels contrebalanceront vraisemblablement la proportion des utilisateurs actuels qui n'envisagent pas de passer aux canaux légaux».

Les dépenses des consommateurs pour le cannabis devraient aussi croître, jusqu'à 58 %, «principalement en raison du prix plus élevé du cannabis dans les canaux légaux».

Selon le sondage de Deloitte, les consommateurs actuels envisagent d'effectuer 63 % de leurs achats par l'intermédiaire de canaux légaux, que ce soit dans des magasins de détaillants ou en ligne. Les consommateurs du Québec sont cependant moins enclins: seulement 47 % d'entre eux envisagent de faire leurs achats par les voies légales. Notons que les consommateurs plus occasionnels sont beaucoup plus prédisposés à faire leurs achats par l'intermédiaire de détaillants légaux que les consommateurs quotidiens.

Actuellement, le cannabis se vend au prix moyen de 8,24 $ le gramme sur le marché noir.

L'alcool menacé?

Deloitte soutient que les ventes d'alcool et les sociétés d'État qui les contrôlent dans les provinces pourraient souffrir de la légalisation du cannabis.

«Notre sondage suggère que le cannabis servira souvent d'alternative à la bière, aux spiritueux et au vin. Toutes les catégories d'alcool devraient être touchées, ce qui pourrait avoir des répercussions négatives sur les revenus de l'État, des sociétés d'alcool et des détaillants», peut-on lire dans le document.

Service à la clientèle

Le rapport indique que les consommateurs seraient prêts à payer plus pour des produits cultivés et traités en vertu de la nouvelle réglementation du gouvernement et offerts dans les points de vente légaux si le rapport qualité, prix et sécurité leur conviennent.

Enfin, l'étude souligne l'importance pour les détaillants, dans les magasins comme en ligne, de respecter les aspects fondamentaux du commerce de détail pour réussir: avoir du personnel compétent, une tarification claire, l'expérience client, le choix de produits ainsi que la sécurité du produit et des lieux.



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos