Agence QMI
Agence QMI

Retraite au Québec: la précarité touche plus d'aînés

Retraite au Québec: la précarité touche plus d'aînés

Photo Fotolia

Agence QMI

MONTRÉAL - Les aînés du Québec sont de plus en plus vulnérables à la précarité, indique l'Institut de recherche et d'informations socioéconomiques (IRIS) dans une nouvelle note publiée mercredi.

L'IRIS est arrivé à la conclusion que les prestations universelles ne permettent pas d'atteindre un revenu viable. À titre d'exemple, à Montréal, le déficit serait de 5000 $, souligne l'Institut qui constate que près de la moitié des aînés québécois vivant seuls ont «un revenu insuffisant».

«Le portrait actuel montre l'échec du système à responsabiliser les employeurs en termes de régime de retraite pour leurs employés», a affirmé Eve-Lyne Couturier, chercheure à l'IRIS, auteure de l'étude.

Cette dernière constate que «les réformes récentes ne parviennent pas à améliorer la condition des personnes qui en ont vraiment besoin».

«La réforme du RRQ en vue de remplacer 33 % de la rémunération est un pas dans la bonne direction, mais un pas tout de même timide qui n'aura que très peu d'effets pour la population active d'aujourd'hui», lit-on dans le rapport de l'IRIS.

En outre la réforme de la Régie des rentes du Québec (RRQ) «n'entrera en vigueur qu'après 2060», déplore l'Institut.

Mme Couturier plaide pour une refonte du système de retraite du Québec. «Si on veut que les personnes âgées de demain aient assez d'argent pour vivre décemment, c'est une solution publique et obligatoire, avec la participation des employeurs, qu'il faut viser», a-t-elle dit.

L'IRIS appelle à la mise en place de politiques publiques qui garantissent «une vie digne pour tous ceux et celles qui ont travaillé toute leur vie».



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos