Agence QMI
Agence QMI

Moins grand écart de revenus entre les mères et les femmes sans enfant au Québec que dans le reste du Canada

Moins grand écart de revenus entre les mères et les femmes sans enfant au Québec que dans le reste du Canada

Photo Fotolia

Agence QMI

MONTRÉAL - Une étude du Centre interuniversitaire de recherche en analyse des organisations (CIRANO) suggère que les écarts de revenus entre les mères et les femmes sans enfant sont moins élevés au Québec que dans le reste du Canada.

Selon l'étude réalisée à partir de données de Statistique Canada, à expérience, heures de travail hebdomadaires et âge égaux, les mères au Québec ont des revenus 2,5 % moins élevés que les femmes sans enfant, alors que dans le reste du Canada, l'écart moyen est de 6,3 %.

«Le phénomène de pénalité liée à la maternité est plus problématique hors Québec», soulignent les auteures, en précisant toutefois qu'on ne peut pas affirmer sur la base de cette étude que cette situation est directement due aux politiques familiales du Québec.

«Par contre, nous pouvons mentionner que nos résultats font état d'une corrélation entre la province de résidence et la magnitude de la pénalité liée à la maternité et qu'il est possible, bien que non confirmé, que les politiques familiales du Québec telles que les subventions aux services de garde et les congés parentaux aident les mères à garder un attachement au marché du travail et un niveau de revenus plus en ligne avec ceux des femmes sans enfant.»

Les mères rattrapent les autres femmes

La baisse de revenu des mères par rapport aux femmes sans enfant au Québec se résorbe relativement rapidement, selon l'étude : «après quatre ans, les mères n'ont pas des revenus statistiquement différents de ceux des femmes sans enfant et, éventuellement, après 17 ans, elles ont même des revenus plus élevés». Dans le reste du Canada, la baisse se fait sentir jusqu'à 11 ans après la naissance du premier enfant.

Par ailleurs, les écarts de revenus, d'après ce que les chercheuses ont observé, se creusent avec l'augmentation du nombre d'enfants et, ce, partout au Canada. «Pour les mères québécoises qui ont trois enfants ou plus, les écarts de revenus sont de l'ordre de 10 à 23 %», précise l'étude.

Fait intéressant relevé par les auteures: la situation pour les hommes semble inversée, les pères ayant en moyenne des revenus plus élevés que les hommes sans enfant. L'explication des chercheuses est que ce «bonus lié à la paternité» constitue un «phénomène de sélection».

«Les hommes avec de plus grandes habiletés et compétences ont de meilleurs emplois et salaires, mais sont également ceux qui sont plus désirables du point de vue de leurs partenaires potentielles, et qui donc se retrouvent mariés et avec des enfants», expliquent-elles.



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos