AFP
AFP

ALÉNA: le Canada salue la proposition constructive de Trump ALÉNA : le Canada prêt à tout, mais à la table coûte que coûte ALENA : le fédéral anticipe un coup de force de Trump d'ici la fin janvier

ALÉNA: le Canada salue la proposition constructive de Trump ALÉNA : le Canada prêt à tout, mais à la table coûte que coûte ALENA : le fédéral anticipe un coup de force de Trump d'ici la fin janvier

AFP

AFP

Ottawa | Le Canada salue l'évocation par le président américain Donald Trump d'une possible prolongation des discussions de la renégociation de l'accord de libre-échange nord-américain (ALÉNA), a dit vendredi la ministre des Affaires étrangères.

Pour Chrystia Freeland, c'est « une proposition constructive du président » Trump. Ce dernier avait déclaré jeudi dans un entretien au Wall Street Journal qu'il ne s'était pas fixé d'échéancier précis pour la conclusion de la renégociation de l'ALÉNA.

Le président Trump s'est dit « un peu flexible » compte tenu de la tenue de l'élection présidentielle du 1er juillet au Mexique.

Le Canada, le Mexique et les États-Unis ont prévu de négocier jusqu'à la fin mars.

« C'est une suggestion sensée du président, je pense que nous avons tous en tête les élections mexicaines », a abondé la chef de la diplomatie canadienne, également chargée des relations commerciales avec les États-Unis, premier partenaire économique du Canada.

Le Canada, les États-Unis et le Mexique sont engagés dans une difficile renégociation du traité de l'ALÉNA qui les unit depuis 1994 et qu'a exigée le président Trump en jugeant « désastreux » cet accord pour son pays.

« Nous avons toujours senti qu'il n'était pas nécessaire d'imposer une date butoir artificielle. Et nous avons toujours compris qu'il s'agissait d'une négociation complexe », a souligné Mme Freeland.

Soulignant que la renégociation porte « sur la plus grande zone de libre-échange au monde », Mme Freeland a indiqué que « le Canada est prêt à prendre le temps qu'il faut pour que cela soit bien fait ».

Donald Trump a néanmoins réitéré au quotidien financier sa menace de retirer les États-Unis de l'ALÉNA si les discussions n'aboutissaient pas « au bon accord ».

La sixième séance de renégociations doit se tenir fin janvier à Montréal, mais jeudi Chrystia Freeland avait indiqué que le Canada se préparait « au pire » avec un éventuel retrait américain de l'accord.



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos