Agence QMI
Agence QMI

Assemblée générale d'Ubisoft: nouvelle abstention de Vivendi

Assemblée générale d'Ubisoft: nouvelle abstention de Vivendi

PHOTO d'archives, AFP

Agence QMI

BAGNOLET, France - Le bras de fer entre Ubisoft et son principal actionnaire, Vivendi, s'est poursuivi vendredi, Vivendi s'abstenant «naturellement» lors du vote sur la rémunération des talents à l'assemblée générale de l'éditeur de jeux vidéo.

Depuis plusieurs semaines, l'hypothèse d'une prise de contrôle d'Ubisoft par le géant du divertissement est évoquée par plusieurs observateurs. Jusqu'à maintenant, Vivendi, premier actionnaire avec près de 27 % du capital d'Ubisoft, n'a pas fait savoir ses intentions.

Lors de l'assemblée générale mixte des actionnaires d'Ubisoft, qui s'est tenue vendredi à Bagnolet, Vivendi a une nouvelle fois décidé de s'abstenir lors du vote sur le programme d'attribution d'actions gratuites aux salariés.

«Du fait, comme en 2016, de l'abstention systématique de Vivendi, cette résolution n'a en effet pas été approuvée», a fait savoir Ubisoft dans un communiqué.

Pour sa part, le groupe présidé par l'homme d'affaires Vincent Bolloré a déploré l'attitude du conseil d'administration d'Ubisoft, estimant qu'il avait mélangé les intérêts des travailleurs et ceux de la direction.

«Vivendi regrette qu'au mépris de toute logique de gouvernance, il n'ait toujours pas été invité à être représenté au conseil d'administration de l'entreprise, alors qu'il en est le premier actionnaire avec 26,63 % du capital, lit-on dans un communiqué. Il considère dans ces conditions avoir été dans l'impossibilité d'approuver les résolutions soumises au vote.»

Ubisoft, qui estime que son programme d'attribution d'actions gratuites aux salariés est une mesure «essentielle» pour recruter les meilleurs talents, a assuré que «des alternatives seront mises en place afin de garantir une rémunération compétitive des talents».

Parlant d'une «vraie victoire», le grand patron d'Ubisoft, Yves Guillemot, a indiqué, après l'assemblée, que cette abstention de Vivendi reflète sa solitude au sein du capital d'Ubisoft, a rapporté le journal économique challenges.fr. «Nous avons cru qu'ils seraient responsables, a-t-il indiqué. Tous nos concurrents distribuent des [options d'achat d'actions]. C'est une méconnaissance totale de notre industrie.»

Avec 24,54 % des droits de vote, Vivendi ne peut décider seule du sort d'Ubisoft. Ce qui pourrait changer suivant un autre achat d'actions, possiblement en novembre.

Les frères Guillemot détiennent 21,6 % des voix et 15,38 % des actions.

Rappelons que Vivendi a réussi l'an dernier à mettre la main sur Gameloft, l'éditeur des franchises «Assassin's Creed» et «Lapins Crétins», également créé par les frères Guillemot.



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos