Philippe Orfali
Agence QMI

Nouvelle bataille judiciaire entre Bombardier et la torontoise Metrolinx

Nouvelle bataille judiciaire entre Bombardier et la torontoise Metrolinx

Photo courtoisie Alstom

Philippe Orfali

Bombardier a entamé une seconde bataille judiciaire en moins d'un an contre l'agence métropolitaine de transport de Toronto, Metrolinx. Le constructeur de train demande cette fois aux tribunaux d'invalider une décision de l'agence provinciale, qui l'empêche de poser sa candidature afin de poursuivre l'exploitation des trains de banlieue GO Transit, elle qui en a la charge depuis de nombreuses années.

Bombardier affirme qu'elle a été exclue sans motifs raisonnables des appels d'offres, dans des documents présentés à la Cour divisionnaire de l'Ontario mardi.

«Bombardier a le droit de participer à ce processus d'approvisionnement sur un pied d'égalité et avec les mêmes droits que ses concurrents», précise l'entreprise.

Ce recours fait suite à une décision de Metrolinx, datant de la mi-juillet, qui avait alors annoncé qu'elle trouverait un nouvel exploitant pour les services de GO Transit (qui assure le transport en commun entre Toronto et ses banlieues) et le train UP Express, qui fait le lien entre l'aéroport Pearson et le centre-ville de la métropole.

Les contrats actuels arrivent à terme en 2023.

Bombardier a été disqualifié de l'appel de proposition et demande maintenant à la cour de lui permettre d'y participer, et de prolonger la période de soumission, souhaitant avoir un « délai raisonnable » pour présenter son dossier.

Même si elle a demandé à l'agence de s'expliquer à «maintes reprises», elle soutient n'avoir reçu aucune réponse valable.

Une porte-parole de Metrolinx, Anne-Marie Aikins, affirme que Bombardier et deux autres entreprises qui fournissent une maintenance pour les lignes ferroviaires actuellement ont été interdites de participer, pour éviter tout conflit d'intérêts.

«L'une des principales tâches du soumissionnaire retenu sera de procéder à une évaluation de nos opérations et fournisseurs de services actuels. Un opérateur actuel ne peut pas surveiller cette fonction de manière objective. C'est pourquoi Bombardier ne sera pas éligible pour remplir ce rôle», a-t-elle affirmé.



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos