AFP

Fiat Chrysler: Londres pose des questions

Fiat Chrysler: Londres pose des questions

Les logos des marques exploitées par Fiat Chrysler Automobiles s’affichent devant son usine de Turin, dans le nord-ouest de l’Italie.Photo AFP

Le ministère des Transports britannique a indiqué vendredi vouloir obtenir rapidement des informations des autorités américaines concernant une possible fraude aux émissions du constructeur Fiat Chrysler aux États-Unis.

«Nous cherchons de manière urgente à avoir plus d'information de la part de l'agence américaine de protection de l'environnement concernant ses craintes quant aux émissions de véhicules», selon une déclaration d'un porte-parole du ministère transmise à l'AFP.

Le ministère, pour qui la «priorité est de protéger les intérêts des consommateurs» au Royaume-Uni, «va aussi chercher des informations auprès du constructeur à propos des véhicules sur le marché britannique».

Il rappelle enfin qu'il «a la capacité de tester ces véhicules si nécessaire».

Le constructeur américano-italien est accusé d'avoir dissimulé l'existence d'un logiciel faussant la mesure des émissions polluantes dans 104 000 de ses véhicules aux États-Unis, des accusations rejetées par le groupe.

Selon l'agence américaine, Fiat Chrysler encourt des pénalités civiles supérieures à 4 milliards $ US.

Elle assure toutefois qu'elle va continuer à enquêter sur «l'impact et la nature» du mécanisme et se garde pour le moment de parler d'un «logiciel truqueur» comme chez Volkswagen.



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos