Martine Turenne et Lise Millette
Agence QMI

Lampadaires: Valmont Structures ferme ses portes

Lampadaires: Valmont Structures ferme ses portes

Capture d'écran du site de Valmont Structures

Martine Turenne et Lise Millette

Les 55 employés de Valmont Structures de Sainte-Julie, en Montérégie, ont accusé un dur coup mercredi matin: après la pause de l'avant-midi, les travailleurs ont été convoqués pour apprendre qu'ils perdaient leur emploi sur le champ.

Jeffrey Laudin, responsable des relations avec les investisseurs au siège social de Valmont Structures, au Nevada, a confirmé la nouvelle, de son bureau aux États-Unis.

«Nous ne donnons aucune explication pour cette fermeture», a-t-il dit.

Une dizaine d'employés s'affairent, jeudi, au démantèlement de l'entreprise. Les employés sont partis, mercredi, en emportant leurs effets personnels.

Fermeture immédiate

Valmont Structures a cessé ses activités aussitôt l'annonce faite.

Selon un travailleur joint par l'Agence QMI, des représentants américains de l'entreprise ont parlé aux employés en anglais pour leur annoncer, en substance, qu'après des années difficiles, les efforts pour rentabiliser l'entreprise n'avaient pas porté leurs fruits.

Vers 10 h 30, d'autres membres des ressources humaines ont ensuite rencontré les employés pour remettre des enveloppes ou commencer des discussions sur les indemnités de départ.

«Certains ont eu des forfaits, d'autres ont reçu un montant qui représente l'équivalent de huit semaines de travail. Les patrons ont respecté la loi», a confié un travailleur à l'Agence QMI, mercredi après-midi. Ce dernier a requis l'anonymat.

De l'aide pour la recherche d'emploi a été offerte aux employés afin de leur permettre de se trouver un autre travail ou de réorienter leur carrière, une fois le choc passé.

Certains employés étaient en poste depuis plus de 20 ans.

Valmont Structures était un fabricant de lampadaires, de mâts en acier et en aluminium et de différentes structures d'éclairage. La matière première était principalement achetée aux États-Unis et le reste des composantes localement, mais depuis quelques années, le marché battait de l'aile.

Effet Trump?

La fermeture de Valmont Structures laisse certains employés songeurs.

«On se demande si ce ne serait pas un effet de l'élection de Donald Trump», a suggéré à l'Agence QMI un employé licencié.

Selon lui, les volontés protectionnistes de celui qui prendra la tête de la Maison-Blanche le 20 janvier sont peut-être l'une des raisons expliquant cette décision de cesser les opérations au Québec.

«On exportait beaucoup aux États-Unis, au Québec, c'était plus difficile, nous n'étions pas les seuls et le marché des lampadaires est assez limité», a ajouté le travailleur de l'usine, encore ébranlé.

L'entreprise fondée en 1977 avait changé de mains en 1995 et se nommait alors Lampadaires Feralux, sous la gouverne de son président Benoit Mongrain. Celui-ci avait été visé par des allégations, en lien avec un cartel des lampadaires qui aurait sévi à partir de 2003.

L'ancien député Jacques Duchesneau avait évoqué l'existence de ce cartel dans son rapport de l'Unité anticollusion, mais le Bureau de la concurrence n'avait déposé aucune accusation.

L'entreprise avait été cédée à l'Américaine Valmont Industries en 2008 sans jamais être blâmée.



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos