Jean-Luc Lavallée
Agence QMI

Labeaume annonce un gel ou une baisse de taxes

Jean-Luc Lavallée

Le gel de taxes promis par le maire Régis Labeaume se traduira finalement en baisse de taxes pour des centaines de milliers de contribuables en 2017.

Quatre jours avant le dépôt officiel du budget, le maire de Québec avait convoqué la presse jeudi et les élus en comité plénier pour dévoiler un élément central de son plan et exposer en détail la manœuvre comptable complexe qui lui permettra de remplir sa promesse et même d'en faire un peu plus.

Seuls les résidents de Vanier et de Lac Saint-Charles subiront un véritable gel de leur facture de taxes. Les autres auront tous droit à une légère réduction de leur facture annuelle de taxes. Cette baisse variera entre 3 $ et 36 $ pour une résidence moyenne évaluée à 283 000 $.

Les règles imposées à la Ville de Québec pour harmoniser les taxes des anciennes villes - fusionnées depuis 2002 - et répartir le solde des dettes des anciennes villes ont forcé le maire à revoir sa stratégie, à l'aube d'une année électorale.

Afin d'éviter une mauvaise surprise pour de nombreux contribuables, le maire a choisi d'absorber un montant de 3,9 millions $ qui correspond aux dettes des anciennes villes en plus d'abandonner l'indexation annuelle, se privant ainsi d'un montant de 12 millions $. Au total, l'opération coûtera 16 millions $ à la Ville.

«En appliquant la formule habituelle, même si on gelait, on n'était pas capables d'arriver à un gel pour tout le monde alors on a décidé d'assumer les dettes des anciennes villes. Quand tu dis gel, tu gèles! Au total, ce que ça donne, c'est une baisse générale de 0,66 %. C'était la seule façon d'y arriver», a exposé le maire, rappelant que sa promesse de «gel» tient toujours pour 2018.

Le répit donné aux propriétaires de maisons et condos ne s'appliquera toutefois pas aux secteurs commercial et industriel. Les taxes non résidentielles augmenteront de 1,8 % l'an prochain, un pourcentage basé sur l'inflation projetée.

La dette baisse légèrement

Après avoir atteint un sommet de 1,671 milliard $ en 2015, la dette nette de la Ville diminuera pour une deuxième année consécutive. Elle s'établira à 1,593 milliard $ en fin d'année 2017. Le document dévoilé jeudi affiche une courbe descendante jusqu'en 2026 alors que la dette s'établirait alors à 1,083 milliard $.

«Si quelqu'un vous dit que la dette de la Ville de Québec est élevée, la réponse, c'est non! C'est faux que la Ville est endettée. Elle est très bien positionnée, elle est dans la moyenne au Québec», a insisté le maire Régis Labeaume qui réfute les critiques sur la taille de la dette.

«Dans un an ou deux, on va être dans la moyenne. La grosse différence, c'est que nous autres, la job est faite. On a réparé nos infrastructures. À Montréal, par exemple, ils ont une grosse marche à monter parce qu'ils en ont pour des années à investir alors que nous, on en a un gros bout de fait.»

Variation par rapport à 2016

Compte de taxes pour 2017 à Québec, pour une maison moyenne de 283 000 $

Vanier 2775 $ 0 $
Sillery 2789 $ -10 $
Lac St-Charles 2790 $ 0 $
Charlesbourg 2790 $ -11 $
St-Émile 2796 $ - 9 $
Beauport 2798 $ -13 $
Sainte-Foy 2807 $ - 3 $
Ex-Ville de Québec 2951 $ -36 $
Cap-Rouge 2871 $ -35 $
Loretteville 2937 $ - 35 $
Val-Bélair 3062 $ - 17 $

Aussi sur Canoe.ca:



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos