Agence QMI

Quand ils se comparent, les employés de l'État se consolent

Quand ils se comparent, les employés de l'État se consolent

Globalement, ce sont les salariés des administrations municipales qui gagnent le plus en moyenne (58 862 $) et les employés du secteur privé non syndiqué le moins (50 500 $).Photo Fotolia

Le salaire des employés de l'administration québécoise est inférieur de 13,8 % à celui des autres salariés québécois qui travaillent au sein d'entreprises employant 200 personnes et plus, selon un rapport de l'Institut de la statistique du Québec (ISQ).

Par contre, leur rémunération globale, qui inclut leur salaire, mais aussi les avantages sociaux et les heures de présence au travail, est désormais à parité avec celle du secteur privé, et leur retard est plus faible face à l'ensemble des autres salariés québécois, soit de 9,3 %.

C'est ce qui ressort du rapport Rémunération des salariés, État et évolution comparés 2016.

Ces autres salariés incluent, outre le privé, les fonctionnaires municipaux, fédéraux et d'autres organisations publiques et parapubliques, comme les universités. Les emplois sont comparables: professionnels, techniciens, employés de bureau, de services et ouvriers.

Seulement 72 081 fonctionnaires de l'État québécois ont ainsi pu être comparés («avec contrepartie directe et pertinente», comme l'écrit l'ISQ), sur un total de 414 525.

«Par exemple, les enseignants et les infirmières travaillent presque tous pour la fonction publique québécoise, on ne peut donc pas les comparer», a souligné le directeur de l'ISQ, Patrice Gauthier.

De 2015 à 2016, la situation comparative de l'administration québécoise est demeurée stable par rapport aux autres salariés québécois et ceux du secteur privé, tant sur le plan salarial que sur celui de la rémunération globale.

Globalement, ce sont les salariés des administrations municipales qui gagnent le plus en moyenne (58 862 $) et les employés du secteur privé non syndiqué le moins (50 500 $).

Un petit échantillonnage

L'étude de l'ISQ ne compare pas tous les employés québécois entre eux. En effet, seulement le tiers des entreprises du secteur privé ont plus de 200 employés au Québec. «Il s'agit d'entre 800 et 900 entreprises, ce qui est infime», a dit Patrice Gauthier, le Québec étant pour l'essentiel une économie de PME.

M. Gauthier a bien conscience qu'on compare des privilégiés avec d'autres privilégiés. Les entreprises des secteurs du commerce de détail ou de l'hébergement sont, pour la plupart, absentes de l'analyse.

L'étude ne compare pas non plus la valeur réelle des régimes de retraite des employés, seulement le montant auquel contribue l'employeur. La plupart des entreprises privées ont désormais des régimes à cotisations déterminées, mais à prestation indéterminée, alors que les fonctionnaires connaissent le montant de la prestation qu'ils recevront à leur retraite.

Les fonctionnaires québécois travaillent moins d'heures

Par ailleurs, la situation de l'administration québécoise est meilleure sur le plan de la rémunération globale que sur celle du salaire, note le rapport, en raison d'une semaine régulière de travail plus courte et d'un nombre d'heures chômées payées (congés) plus élevé. En bref, les fonctionnaires travaillent moins.

Ainsi, sur une semaine normale de 35 heures, les fonctionnaires québécois ont une moyenne de présence de 29,9 heures (en raison de congés de maladie utilisés, de vacances ou de jours fériés). En contrepartie, les employés du secteur privé, qui ont une semaine normale de 37,9 heures, ont une moyenne de présence de 33 heures.

Enfin, les salariés québécois (syndiqués et non syndiqués) vont bénéficier d'une augmentation salariale moyenne de 2 % en 2016 et de 1,9 % en 2017, selon l'ISQ.



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos