Normand Rhéaume
Agence QMI

Hausse du PIB et du revenu disponible des ménages

Hausse du PIB et du revenu disponible des ménages

L'investissement des entreprises a continué d'enregistrer une baisse, notamment dans les machines et le matériel (-3,2 %) et dans les produits de propriété intellectuelle (-4,5 %).Photo Fotolia

Normand Rhéaume

Le produit intérieur brut (PIB) réel s'est accru de 0,9 % au troisième trimestre de 2016, la croissance de l'économie canadienne ayant été stimulée par les exportations de produits énergétiques.

Exprimé en taux annualisé, le PIB réel a progressé de 3,5 % au troisième trimestre.

Les exportations de biens et de services ont augmenté de 2,2 %, alors que les importations croissaient de 0,8 %.

Globalement, au troisième trimestre, le revenu disponible des ménages a augmenté de 2,2 % (en valeur nominale).

Si le revenu net de la propriété des ménages a progressé de 5,1 %, la rémunération des salariés n'a augmenté que de 0,5 %.

Les dépenses de consommation finale des ménages ont poursuivi leur croissance (0,6 %), surtout dans le domaine des services.

Quant à l'investissement des entreprises, il a continué d'enregistrer une baisse, notamment dans les machines et le matériel (-3,2 %) et dans les produits de propriété intellectuelle (-4,5 %).

Chez Desjardins, on se félicite du rebondissement de l'économie au troisième trimestre, mais on se dit déçu d'observer une baisse de 0,6 % des dépenses des administrations publiques.

«Visiblement, les effets positifs du plan de relance du gouvernement fédéral tardent encore à se faire sentir», a commenté Benoit P. Durocher, économiste principal chez Desjardins.

Les revenus des administrations publiques ont légèrement diminué de 0,3 %, tandis que leurs dépenses ont augmenté de 0,8 %.

Les revenus du gouvernement fédéral ont été entraînés à la baisse par une diminution de l'impôt sur le revenu (-1,6 %).

D'autre part, les dépenses de l'administration publique fédérale en biens et services ont reculé de 2,3 %.

«Non seulement les résultats du troisième trimestre sont satisfaisants, mais les perspectives du quatrième trimestre s'annoncent meilleures que prévu initialement. Dans ces conditions, il sera difficile pour la Banque du Canada d'annoncer une baisse de taux directeurs au cours des prochains mois. Le maintien du statu quo jusqu'en 2018 demeure donc l'option la plus probable», a conclu M. Durocher.



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos