Carl Renaud
Agence QMI

L'économie canadienne demeure en transition

Carl Renaud

MONTRÉAL - L'économie canadienne demeure en transformation même si la croissance a été plus élevée que prévu au quatrième trimestre. Des économistes consultés mardi par la chaîne Argent croient que le Canada a encore besoin de plusieurs mois pour se défaire de sa dépendance au pétrole.

L'économie canadienne a cru de 0,8 % en rythme annualisé au cours du quatrième trimestre, d'octobre à décembre, alors que les prévisions tablaient sur une croissance nulle. Il s'agit toutefois d'un recul, car le produit intérieur brut (PIB) du Canada avait progressé de 2,4 % pendant le trimestre précédent.

«C'est une croissance positive, mais faible. Il ne faut pas se réjouir trop vite parce que l'économie est encore en transition. Un passage s'opère entre l'industrie pétrolière et le secteur des services», a commenté Sébastien Lavoie, économiste à la Banque Laurentienne.

Consommation

Statistique Canada a indiqué que ce sont principalement la diminution de la consommation et le recul des exportations qui ont fait chuter le PIB, d'un trimestre à l'autre.

«En plus de la baisse de la demande intérieure, on a observé une diminution des investissements des entreprises. Ce n'est pas réjouissant, car ça dresse un portrait négatif de la situation de l'économie canadienne», a dit Benoit P. Durocher, économiste au Mouvement Desjardins.

Pour l'ensemble de l'année 2015, le PIB a grimpé de 1,2 % au pays, soit une croissance deux fois moins importante que l'année précédente. Le Canada a été secoué par la chute du cours du pétrole, qui a fondu de 30 % sur le marché new-yorkais en 2015. Le pays était même en récession technique pendant les six premiers mois de l'année.

Les attendes pour 2016

La conjoncture du dernier trimestre s'est probablement poursuivie depuis le début de l'année. Les experts pensent que le PIB va se situer autour de 2 % au premier trimestre de 2016.

Pour l'ensemble de l'année, la croissance devrait atteindre 1,5 % - un résultat modéré -, poussée par la stabilisation du cours du pétrole et le programme d'investissement dans les infrastructures que le gouvernement fédéral doit annoncer dans son budget du 22 mars.

Il y a donc peu de risques que le Canada traverse une récession en cours d'année.

Des économistes sont d'avis que certains États risquent de se retrouver dans cette situation au cours des prochains mois, en raison de l'essoufflement de la croissance mondiale. 

Aussi sur Canoe.ca:



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos