Pierre-Olivier Fortin et Dominique La Haye
Agence QMI

Maison olympique canadienne: des réponses exigées

Pierre-Olivier Fortin et Dominique La Haye

Dernière mise à jour: 26-02-2016 | 20h39

OTTAWA - La ministre fédérale des Sports, Carla Qualtrough, veut que la lumière soit faite sur des dépenses de 3 millions $ du Comité olympique canadien pour une salle de conférence et une fête de plus de 1 million $ à l'époque du président Marcel Aubut.

«Je travaille de très près avec les fonctionnaires et le Comité olympique canadien pour déterminer exactement comment cela est survenu, car nous voulons savoir et nous voulons nous assurer qu'à l'avenir notre argent est directement dirigé vers nos athlètes et leur préparation», a-t-elle déclaré, vendredi, en réaction à un reportage publié dans le Globe and Mail.

Le quotidien anglophone a mis la main sur un rapport de vérification de la firme Deloitte concernant l'ambitieux projet de la Maison olympique canadienne à Montréal, cher à l'ex-président du Comité.

Le gouvernement du Québec (3,5 millions $), le gouvernement du Canada (3 millions $) et la ville de Montréal (2 millions $) ont délié les cordons de leurs bourses. Le projet est toujours en cours de réalisation, mais déjà, le budget estimé à 10 millions $ serait dépassé et les travaux ont pris du retard.

La ministre Qualtrough estime qu'il est «frustrant» de voir que cet argent n'ait pas servi à préparer les athlètes en vue des Jeux olympiques de Rio, afin «d'obtenir les meilleurs résultats pour le pays».

Elle n'a pas été en mesure de préciser si le fédéral savait que les sommes versées au Comité allaient être dépensées ainsi. Elle a indiqué que l'argent avait été versé sous le gouvernement Harper, par le ministère de l'Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec, alors dirigé par le député conservateur Denis Lebel.

Le député conservateur de Louis-Saint-Laurent, Gérard Deltell, a réagi de façon prudente aux révélations du quotidien, se montrant toutefois surpris.

«Chaque sou que l'on dépense au nom des Canadiens doit être justifié, a-t-il déclaré. Force est d'admettre qu'à première vue ça semble être un petit peu exagéré d'avoir une salle qui coûte des millions de dollars», a-t-il ajouté.

Avant de quitter ses fonctions dans la disgrâce à la suite de témoignages d'inconduite sexuelle, Marcel Aubut rêvait de moderniser l'organisation et d'accroître sa présence au Québec. Les bureaux ultramodernes du centre-ville de Montréal faisaient partie de ce plan.

L'inauguration a eu lieu lors d'une grande fête organisée à Montréal le 9 juillet dernier en présence du président du Comité international olympique, Thomas Bach. La vente de billets et les commanditaires ont permis d'amasser 1,5 million $, mais plusieurs autres dépenses n'ont pas été incluses dans le rapport.

La Maison olympique comprend un musée appelé à devenir «une attraction touristique majeure», selon le Comité, mais l'ouverture de ce dernier, prévue l'automne dernier, a été reportée à une date non déterminée en raison des retards.

Le rapport fait état d'un manque à gagner de 1 million $ à la fin de 2015 et de dons anonymes (1,6 million $) dont le Comité n'a pas encore vu la couleur. Ces données soulèvent des questions quant à la solidité du montage financier.

Le Comité a répondu au Globe and Mail en disant que le rapport de Deloitte avait été commandé justement pour que les fonds soient «dépensés de façon responsable». Il a ajouté que le rapport ne couvrait pas le projet en entier et que l'objectif demeurait qu'il n'y ait pas de dépassement de coût.

Aussi sur Canoe.ca:



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos