Louis Gagné
Agence QMI

Aide sociale: Québec invité à reculer sur sa réforme

Aide sociale: Québec invité à reculer sur sa réforme

Voir en plein écran

Louis Gagné

Dernière mise à jour: 27-01-2016 | 14h24

QUÉBEC - Le Parti québécois (PQ) et Québec solidaire (QS) ont demandé au gouvernement Couillard de renoncer aux changements «indécents» qu'il souhaite apporter au programme d'aide sociale.

Les deux formations souverainistes ont profité de la première journée des consultations particulières sur le projet de loi 70, mercredi, pour dénoncer la réforme proposée par le ministre du Travail, de l'Emploi et de la Solidarité sociale, Sam Hamad.

Ce dernier propose notamment de réduire de moitié les prestations de certains assistés sociaux qui refuseraient de participer au programme Objectif emploi, un parcours destiné à favoriser leur insertion sur le marché du travail.

«C'est un projet de loi qui va créer davantage de pauvreté, qui s'attaque aux plus démunis de notre société, aux pauvres, et qui ne s'attaque malheureusement pas aux préjugés qu'on peut avoir», a déploré le porte-parole du PQ en matière d'emploi et d'économie sociale, Dave Turcotte.

Le député de Saint-Jean a accusé le gouvernement d'être prêt à forcer des assistés sociaux à déménager à des centaines de kilomètres de leur domicile pour occuper un emploi.

«Le ministre Hamad répète à satiété que les gens de Montréal pourraient aller à Québec pour avoir un emploi. Même les conservateurs n'ont pas été aussi loin que ça dans leur réforme de l'assurance-emploi», a noté M. Turcotte.

Indécence

La députée solidaire Françoise David a promis de se «battre bec et ongles pour que cette réforme ne voie pas le jour». Elle a particulièrement dénoncé la volonté du gouvernement de couper les prestations d'un demandeur qui refuserait de suivre le programme Objectif emploi.

«C'est indécent! On ne coupe pas de moitié un chèque qui permet à peine de survivre», a affirmé Mme David, qui a souligné l'inefficacité d'une telle approche.

«Les personnes qui, pour toutes sortes de raisons, et ça tient essentiellement à des difficultés personnelles graves, ne peuvent pas et ne veulent pas s'engager dans un parcours, eh bien ce n'est pas parce qu'on coupe leur chèque de moitié qu'elles vont s'engager dans un parcours», a fait valoir la députée de Gouin.

Dave Turcotte et Françoise David ont tenu un point de presse conjoint mercredi matin. Ils étaient accompagnés des représentants de plusieurs organismes qui défendent les plus démunis.

Une manifestation organisée par la coalition Objectif dignité s'est tenue sur l'heure du midi devant l'Assemblée nationale, à Québec.

La CAQ demande des précisions

Contrairement aux deux autres partis d'opposition, la Coalition avenir Québec (CAQ) est plutôt favorable au contenu du projet de loi 70.

Son porte-parole en matière d'emploi et de solidarité sociale, Sébastien Schneeberger, a toutefois demandé au ministre Sam Hamad de préciser certains éléments.

Le député de Drummond-Bois-Francs s'inquiète notamment du suivi des personnes aux prises avec des problèmes de santé mentale qui n'ont pas été diagnostiqués.

«Prenons l'exemple d'un jeune de 17 ou 18 ans qui sort d'un centre jeunesse et qui a de la misère à s'occuper de lui-même. C'est sûr que ces gens-là sont souvent qualifiés d'aptes à l'emploi, mais la réalité est tout autre», a-t-il dit.

Aussi sur Canoe.ca:



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos