Agence QMI

Conflit automobile à Saguenay: les employés devant un arbitre

Conflit automobile à Saguenay: les employés devant un arbitre

Des employés de garage en lock-out, en juillet 2013. Photo Daniel Gauthier / Agence QMI

SAGUENAY - Les concessionnaires automobiles en lock-out du Saguenay-Lac-Saint-Jean et le syndicat des employés de garage doivent se rencontrer pour la première fois devant un arbitre, à Québec, mardi.

Denis Gagnon est chargé d'élaborer le protocole de retour au travail des syndiqués prévu le 25 janvier.

Le gouvernement leur avait laissé 20 jours pour le faire, mais les parties ont échoué. Elles ont donc rendez-vous avec un arbitre les 5, 6 et 8 janvier.

Une pause est prévue jeudi pour permettre une séance de médiation devant Normand Gauthier et laisser aux concessionnaires automobiles et aux travailleurs, une autre chance de s'entendre sur un nouveau contrat de travail.

«La confiance est toujours là, affirme le président du syndicat, Georges Bouchard. On ne serait pas ici si on n'avait pas confiance. 2016 est une nouvelle année et on s'en souhaite une bonne.»

Les abris de fortune érigés devant les concessionnaires automobiles pourraient bientôt disparaître du paysage, mais pour l'instant, les travailleurs n'ont reçu aucune directive en ce sens.

Le syndicat des employés de garage n'est pas en mesure de préciser ce qu'il adviendra des syndiqués congédiés ou sanctionnés pendant le conflit, ni même si ce sera à l'arbitre de le déterminer.

«Est-ce que l'arbitre a le pouvoir ou non de se positionner sur ces dossiers? s'interroge M. Bouchard. C'est ce qu'on va voir cette semaine.»

Le protocole de retour au travail devra aussi prévoir de la formation pour les travailleurs.

Ils n'ont pas touché à leurs outils depuis près de trois ans et ceux qui s'étaient trouvé un autre emploi pendant le lock-out devront faire un choix pour leur avenir.

La corporation des concessionnaires automobiles ne sait toujours pas si elle portera en appel ou non la décision de la Cour supérieure de valider le projet de loi 71 du gouvernement libéral.

Auparavant, jamais le gouvernement n'était intervenu pour régler un conflit de nature privée.

Aussi sur Canoe.ca:



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos