Marie-Claude Simard / Agence QMI
Agence QMI

Le chant du coq en Chine

Chine - Le chant du coq en Chine

Dès l’aube, ce parc de Taiyuan, au Shanxi, est envahi par les adeptes de tai-chi. Photo Marie-Claude Simard / Agence QMI

Marie-Claude Simard / Agence QMI

Vous avez rêvé de Chine toute votre vie et vous y êtes enfin. Vous partez à la conquête de la Grande Muraille, de la Cité interdite et de l'armée de terre cuite. Entre deux visites guidées, ne manquez toutefois pas de passer quelques heures dans un parc urbain afin de véritablement faire la connaissance du peuple chinois.

Au lever du soleil, les parcs en Chine fourmillent de gens qui s'adonnent en groupe à leurs activités physiques préférées : tai-chi, danses, port d'éventail, toupie à fouet, partie de volant, calligraphie géante et plus encore. Dans une ambiance de bonne humeur générale, la langue n'est plus un obstacle, et il s'en faut de peu pour qu'on vous invite à participer ou qu'on vous fasse une démonstration.

Même dans les centres les plus pollués, comme à Taiyuan, la «ville du charbon», capitale de la province du Shanxi, on découvre des espaces verts magnifiques vers lesquels la communauté converge en masse tous les matins.

Le chant du coq

«"Dès le chant du coq, va dehors et bouge" nous dicte un vieil adage, explique maître Yang Jun, professeur international de tai-chi natif de Taiyuan. Au début de la journée, les personnes âgées envahissent les parcs et ensuite, ce sont les travailleurs les familles et les enfants.»

À l'entrée du parc Longtan à Taiyuan, de nombreuses têtes grises font des étirements et s'exercent dans les modules pour adultes conçus spécifiquement pour assouplir ou renforcer les muscles. Il ne faut pas se surprendre de voir des octogénaires - par dizaine! - faire le grand écart.

«La flexibilité est la base des arts martiaux et traditionnellement, les Chinois s'étirent depuis leur plus jeune âge», explique M. Yang Jun qui a présidé le 4e Tournoi international de tai-chi de style Yang en août à Taiyuan. «Je ne sais pas si les vieux sont en meilleure santé en Chine qu'en Amérique, mais ils sont définitivement plus flexibles», ajoute le spécialiste qui enseigne maintenant à Seattle.

Un peu partout, des groupes de danse aérobique bougent au rythme de musiques entraînantes, ce qui ne déconcentre d'aucune façon les dizaines d'adeptes de tai-chi engagés dans une série de gestes lents et gracieux, à mains nues, ou maniant l'épée, ou le sabre. Le centre du parc est monopolisé par les inconditionnels de cet art martial intérieur, basé sur les applications du kung-fu qui existe depuis plusieurs siècles.

Des activités mystérieuses

En trame de fond, un son soutenu résonne, ponctué de claquements assourdissants. Des hommes font tourner, à l'aide d'un fouet, une toupie qui émet une note grave en tournant sur le granit. À côté, des personnes font rebondir des diabolos géants, tandis que d'autres, placées en cercle, se lancent à l'aide du pied, le volant - un genre de balle aki à plumes d'invention chinoise.

Au fil du jour, les allées sont ornées de sinogrammes éphémères, dessinés sur les dalles par des calligraphes armés de gros pinceaux éponges imbibés d'eau.

Le parc en Chine offre un soutien social incontestable. Il offre également aux Chinois l'espace qu'ils n'ont tout simplement pas chez eux. Certains professeurs réservent même auprès de la Ville des endroits précis dans le parc pour pouvoir enseigner quotidiennement. Il ne faut pas se surprendre de voir un professeur d'erhu (instrument à cordes chinois) donnant une leçon sur le bord d'un étang, ou un élève de chant faisant des vocalises sous un saule pleureur.

En fin de journée, les Chinois vont aussi au parc pour jouer aux cartes ou pour pêcher en famille dans l'étang. Des groupes de percussionnistes s'adonnent à des rythmes énergiques sur des gongs et des cymbales pendants des heures. Des personnages déguisés font des danses mystérieuses dans des opéras bouffes improvisés... Certaines activités vous laisseront indéniablement perplexes!

Il suffit d'un sourire et surtout d'accepter de ranger l'appareil photo, le temps d'établir un contact visuel sincère, pour que les Chinois vous invitent à prendre part à leurs activités ou du moins à vous rapprocher, le temps de vous imprégner de l'esprit de communauté qui règne sur les lieux.



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos