CYBERACTUALITÉS

20/08/2004

BULLETIN TECHNO

Apprenez les nouvelles dès qu'elles se produisent..
Adresse électronique :


Tous nos bulletins

MEMBRES CANOË


EN VEDETTE


PRATIQUE


Santé

Un probiotique fabriqué au Québec est efficace contre la diarrhée

Presse Canadienne (PC) Rollande Parent 20/08/2004 14h38 

  
Un probiotique fabriqué au Québec, qui a toutes les apparences d'un yogourt, se révèle efficace pour contrer la diarrhée associée à la prise d'antibiotiques en milieu hospitalier pour contrer une infection, selon une modeste étude menée à l'hôpital Maisonneuve-Rosemont.

Les résultats complets de cette recherche seront rendus publics lors de la Conférence nord-américaine de l'American College of Gastroenterology, fin octobre, à Orlando.

Lors d'une conférence de presse, jeudi, le président-propriétaire de Bio-K+International inc, Claude Chevalier, le président du comité scientifique de la recherche, Pavel Hamet (du CHUM), le microbiologiste Karl Weiss de l'hôpital Maisonneuve-Rosemont et le consultant Serge Carrière ex-doyen de la faculté de médecine de l'Université de Montréal ont fait ressortir les bénéfices à tirer du Bio-K+ pour les patients hospitalisés, afin de traiter une infection par antibiotiques.

Le Bio-K+ est fait de lait concentré dans lequel on a ajouté une bactérie susceptible de modifier la flore intestinale, et par là la condition générale du patient. Il entre dans la grande famille des aliments fonctionnels.

Conscient du scepticisme ambiant, le Dr Hamet a affirmé d'entrée de jeu que «comme chercheur et médecin je m'intéresse à l'amélioration de la condition humaine qu'elle vienne de la pharmaceutique, de la probiotique ou de la nutrition. Peu importe, pourvu qu'on puisse en faire la preuve», a-t-il dit.

Directeur de la recherche menée par quatre résidentes en pharmacie, le Dr Karl Weiss a souligné que les diarrhées associées à la prise d'antibiotiques constituaient un fléau puisqu'elles frappent dans la moitié des cas.

Ainsi sur 100 patients soumis à des antibiotiques, environ une quinzaine qui présenteront une diarrhée où on détectera la toxine du clostridium difficile, le fameux «C difficile» qui a frappé à Sherbrooke ces deux dernières années.

Mais l'étude, telle que menée, ne permet pas de dire si le Bio-K+ est efficace à ce niveau. D'autres études seront requises et le président-directeur de Bio-K+ a bien l'intention d'y voir.

La situation est plus claire pour les diarrhées.

«On a obtenu une diminution importante du nombre de cas de diarrhée associée aux antibiotiques qui ont reçu le Bio-K+», a dit le Dr Weiss.

Dans le premier groupe de 41 patients qui ont reçu le Bio-K+, sept ont développé une diarrhée. Dans le groupe de 43 patients qui n'en ont pas reçu, on a vu 16 cas de diarrhée.

En outre, les patients ayant absorbé le probiotique, la durée d'hospitalisation a été réduite. Elle a duré huit jours plutôt que 10.

Sur les 16 patients touchés par une diarrhée, sept étaient porteurs de la toxine du Clostridium Sifficile. Dans le groupe où la diarrhée avait frappé sept patients, un seul était porteur de la toxine du Clostridium Difficile.

Selon Claude Chevalier, le Bio-K+ est présent sur le marché québécois depuis 1996. Il est vendu dans une grande chaîne d'alimentation et des magasins d'aliments naturels. Il est disponible également en Ontario et en Colombie-Britannique. Aux Etats-Unis, il est surtout vendu en Californie et en Floride.

Au départ, en 1996, la production faite à Laval se résumait à 25 caisses de 15 pots par mois. Elle est maintenant de 30 000 caisses.


[Autres cyberactualités]