Rencontre Communauté Petites annonces Habitation Auto Vidéos La Toile du Québec ARGENT LCN Mon passeport Zone haute vitesse English Canoë Emploi TVA
 Recherche :




 Canoë 

 La Toile du Québec  

 Google



Accédez à : InfiniT.com

Vous êtes ici : CANOË > SPORTS > CHRONIQUES


[an error occurred while processing this directive]



Lundi 17 décembre 2001

Lui a-t-on forcé la main?
Pollock quitte la barre

Tout juste 24h avant le dévoilement de la nouvelle BAR004, le directeur gérant de l'écurie British American Racing, Craig Pollock, annonce son départ de l'équipe.

Si la nouvelle fait l'effet d'une bombe, c'est surtout l'heure où elle tombe qui surprend puisque les déboires de BAR, eux, ne surprennent plus personne. Vendredi avait lieu au Mont-Trembant une conférence de presse pour les 24h de Tremblant évènement organisé par Craig Pollock et Jacques Villeneuve dans le but d'amasser des fonds pour la recherche sur le diabète juvénile. Interrogé sur la prochaine saison de l'écurie BAR, Craig Pollock fut plutôt évasif pour ne pas dire défaitiste. Le meilleur ami de Jacques Villeneuve nous avait habitué à des déclarations plus ambitieuses lors des trois années précédentes... Malgré que, d'année en année, les buts devenaient de plus en plus modestes.

Craig Pollock est arrivé en Formule Un comme gérant de Jacques Villeneuve, une position qui lui valut le respect du paddock. C'est en 1999 que Pollock tombe de haut, lorsqu'avec les fonds de British American Tobbaco, il créa BAR avec comme seul atout Jacques Villeneuve au volant. Les espoirs irréalistes et les fausses promesses de succès ont bientôt fait de reléguer Pollock au rang de beaux-parleurs.

En 1999, après avoir promis de rivaliser avec McLaren et Ferrari, BAR terminait la saison en 11e et dernière position sans aucun point.

Toutefois en 2000, Craig Pollock réussit à convaincre Honda de devenir partenaire de BAR, l'équipe accumulait 20 points, terminant 5e au classement, une nette amélioration pour une si jeune équipe.

En 2001, malgré deux podiums, BAR cédait les 4e et 5e places aux écuries Sauber et Jordan pour se contenter de la 6e place au classement du championnat du monde.

Mésententes et stratégies déficientes

Des trois saisons de BAR, le châssis de 1999 reste le meilleur à avoir été conçu par Adrian Reynard. C'est avant qu'une guerre interne entre le fabricant de châssis et Craig Pollock ne survienne, causant des frictions au sein de l'équipe. La décision de Honda d'équiper également l'écurie Jordan n'a rien fait pour améliorer la situation. Surtout que c'est maintenant secret de polichinelle que Honda a l'intention de s'occuper que d'une équipe d'ici peu. Pour ajouter au fardeau de Craig Pollock, une rumeur incessante veut que Geoffrey Willis, chef aérodynamicien de l'écurie Williams, qui devait arriver chez BAR comme directeur technique en mars ait fait marche arrière.

En 2001, La BAR003 était encore une fois mal-née et très difficile à faire évoluer au fil des courses. Les pilotes ont immédiatement déploré un manque d'adhérence et de puissance du moteur Honda. Les modifications aérodynamiques et un nouveau V10 dès Barcelone ont simplement permis à l'équipe de se maintenir au même niveau. Ce qui est le plus alarmant, c'est que BAR n'a jamais pu trouver et résoudre ses problèmes, il est alors juste de penser qu'il leur sera difficile de faire une meilleure voiture pour 2002.

Nombreux cafouillages

La BAR 003 n'était peut-être pas la meilleure des voitures, mais les hommes de Craig Pollock ont aussi eu un rôle à jouer pour les insuccès la saison dernière. Souvenez-vous de quelques-unes des gaffes de l'écurie BAR. À Sao Paulo, l'équipe ne peut communiquer avec Olivier Panis car la radio est sur le mauvais canal. Barcelone, les freins arrières de la voiture de Jacques Villeneuve ne sont fixés.

Autriche, le limiteur de vitesse de Villeneuve est mal réglé, le Canadien est pénalisé de 10 secondes. Allemagne, trop d'essence dans la voiture de Villeneuve en qualification, le dimanche il doit lever le pied pour terminer la course puisqu'il est à sec. Monza, près d'une minute de perdue dans les puits à cause de la pompe à essence.

Départ ou mise à pied?

A-t-on forcé la main à Craig Pollock? Quitter une équipe à 24h du lancement de sa nouvelle voiture n'est pas banal.

David Richards pressenti pour lui succéder

David Richards, qui fut autrefois à la tête de l'écurie Benetton, a annoncé dimanche qu'il quittait le monde du rallye. Selon la BBC, Richards sera fort probablement présenté comme nouveau directeur de l'écurie BAR mardi lors du lancement de la BAR004.

Signes avant-coureurs

À Tremblant ce week-end, Craig Pollock déclarait que selon lui, Honda devra faire beaucoup mais son ton laissait entendre que ce ne sera pas dès le début. Aussi, Pollock a esquissé un drôle de portrait de la présentation de la BAR004 disant que son équipe sera prête que cinq minutes avant le lever du rideau. Cette déclaration est libre d'interprétation, mais n'est-elle pas peu flatteuse d'une équipe qui se veut professionnelle?

Et que dire de la déclaration de Jacques Villeneuve que de Jordan et BAR, l'une des deux était plus professionnelle que l'autre... Qu'entendait-il passer comme message? Même chose pour son analyse sarcastique de la situation chez McLaren, où le patron a payé la somme de 20 millions pour Kimi Räikkönen qui n'a qu'une saison d'expérience en Formule Un. «Ron Dennis a payé cher pour un jeune sans curriculum, j'espère que cela fonctionnera pour lui car le sang frais c'est bien beau mais il ne faut pas renier l'expérience non plus!»

Au plus fort de la crise, Reynard-Pollock, Jacques Villeneuve menaçait de quitter si son ami et associé devait partir. Jacques Villeneuve nous prépare-t-il un coup de théâtre?


[Autres chroniques]


 


[an error occurred while processing this directive]