Perquisition chez Georges Laraque

Suite à une plainte - Perquisition chez Georges Laraque

Georges LaraquePhoto Joël Lemay / Archives / Agence QMI


Maxime Deland

LONGUEUIL - L'ancien homme fort du Canadien de Montréal, Georges Laraque, a vu des enquêteurs de la section des fraudes de la police de Longueuil débarquer chez lui, mardi matin, à Brossard.

Les policiers sont arrivés chez l'ex-joueur de la Ligue nationale de hockey vers 9h30, munis d'un mandat de perquisition.

«L'opération fait suite à une plainte reçue au mois d'avril 2012», a indiqué l'agent Mark David, porte-parole de la police de Longueuil, sans toutefois vouloir en dire davantage.

Puisque l'enquête est toujours en cours, les autorités n'ont pas voulu dévoiler l'identité de la personne visée par cette perquisition, ni celle du plaignant dans le dossier.

Selon nos informations, la résidence perquisitionnée par les enquêteurs, sur la rue Lemelin, appartient bel et bien à Georges Laraque.

Les policiers sont demeurés un peu moins de deux heures chez l'ancien joueur du Tricolore. Ils ont quitté vers 11h15 apportant avec eux «divers documents», a mentionné l'agent David.

Ce dernier a ajouté «qu'aucune arrestation n'a été effectuée pour le moment» dans cette affaire.

Relation d'affaires houleuse

La perquisition menée au domicile de l'ancien dur à cuire de la LNH serait ni plus ni moins qu'une étape dans l'enquête sur le conflit judiciaire opposant Laraque à son ancien partenaire d'affaires, Marc Filion.

En 2009, les deux hommes ont formé l'entreprise Super-Glide Canada pour distribuer des panneaux de glace synthétique produits par la compagnie Global Synthetic Ice.

Puis, en avril dernier, Georges Laraque aurait contacté la police de Montréal dans le but de déposer une plainte de fraude contre Marc Filion. Laraque accusait alors Filion d'avoir pigé dans les coffres de leur compagnie pour rembourser une dette personnelle au président de Global Synthetic Ice.

Marc Filion a ensuite répliqué en y allant d'une contre-poursuite contre Georges Laraque, qu'il accuse à son tour de l'avoir fraudé.

Rencontré à son domicile de Brossard, l'ancien joueur du Canadien n'a pas paru ébranlé par la visite-surprise des enquêteurs de la police de Longueuil. «Je leur ai dit ce que je savais et montré ce qu'ils voulaient voir parce que je n'ai absolument rien à cacher. Je leur ai offert toute ma collaboration», a-t-il dit calmement.

Les enquêteurs cherchaient notamment à mettre la main sur les états financiers de la compagnie. «Je n'avais pas ces documents-là, alors je les ai référés à mon fiscaliste, puisque c'est lui qui les a», a dit Laraque.

Puisque la cause est présentement devant les tribunaux, Georges Laraque a préféré ne pas commenter davantage.


Vidéos

Photos