La cause de Bain a été reportée

MONTRÉAL – Richard Henry Bain, accusé d’être l’auteur de l'attentat au Métropolis, survenu le soir des élections provinciales le 4 septembre dernier, était de retour au palais de justice de Montréal, lundi matin. Mais l’audience a été reportée au 11 janvier, faute d’évaluation psychologique en bonne et due forme.

Bain s’est présenté en cour pour que la juge décide s’il était apte à subir son procès, mais son évaluation psychiatrique, qui avait été réclamée lors de sa dernière comparution, n'avait pas encore été complétée. La suite des procédures a donc été reportée.

Lors de son passage à l'Institut Philippe-Pinel, Bain a refusé d'être évalué par une femme qui s'est adressée à lui en français. L'établissement va donc s'assurer de trouver un médecin parlant anglais pour terminer son évaluation.

Par ailleurs, lors de sa comparution lundi matin, l’accusé a demandé au tribunal d'ordonner une enquête de la Sûreté du Québec à la suite de l'agression dont il dit avoir été victime à la prison de Rivière-des-Prairies. Le 11 octobre dernier, le présumé meurtrier s'était présenté en cour avec une légère blessure à la tête.

La juge Nathalie Fafard lui a répondu qu'il devait s'adresser à ses avocats pour une telle demande.

Bain a quitté la salle d'audience en lançant : «God bless you all! Happy holidays!» («Que Dieu vous bénisse! Joyeuses Fêtes!»).

Par ailleurs, Bain ne pourra probablement plus être représenté par les avocats de l'aide juridique. Un examen de sa situation financière démontre en effet qu'il a les moyens de se payer un avocat.
Richard Henry Bain reviendra en cour le 11 janvier pour la suite des procédures.


Vidéos

Photos