Yves Poirier
Agence QMI

Combien gagnent les maires de la Montérégie?

Salaire annuel - Combien gagnent les maires de la Montérégie?

Paul Leduc, maire de Brossard, a réalisé l'an dernier des revenus de 121 229 $.©

Yves Poirier

MONTRÉAL – Les salaires des maires de la Montérégie frôlent ou dépassent les 100 000 $, selon des chiffres obtenus par TVA Nouvelles en vertu de la Loi sur l'accès à l'information.

Paul Leduc, maire de Brossard, a réalisé l'an dernier des revenus de 121 229 $. Une allocation non imposable de 14 759 $ est incluse dans ce montant, ainsi que divers suppléments pour sa participation à des comités ou commissions.

Pour sa part, le maire de Vaudreuil-Dorion, Guy Pilon, a touché des revenus de quelque 107 000 $.

Richard Goulet, maire de Granby, a engrangé l’an dernier plus de 106 000 $, un montant qui inclut son salaire annuel ainsi que divers bonis et allocations.

Le maire de Salaberry-de-Valleyfield, Denis Lapointe, a reçu pour ses services un total de plus de 97 000 $. Sur la Rive-Sud de Montréal, à Châteauguay, la mairesse Nathalie Simon a de son côté réalisé des revenus de près de 95 000 $ l'an dernier.

À Chambly, le maire Denis Lavoie a encaissé en 2010 des revenus de 69 134 $.

La rémunération totale du maire de Varennes, Martin Damphousse, s'est élevée à près de 60 000 $.

Le maire de Candiac, André J. Côté, a touché des revenus de plus de 88 000 $ en 2010, alors que la mairesse de La Prairie, Lucie F. Roussel, a gagné près de 85 000 $. Dans la municipalité voisine, à Saint-Constant, le maire Gilles Pépin a encaissé 91 200 $.

À Sainte-Julie, la mairesse Suzanne Roy a touché une rémunération totale frôlant les 120 000 $.

Les revenus du maire de Saint-Lambert, Philippe Brunet, se sont établis à 86 760 $.

À Saint-Bruno, le maire Claude Benjamin a réalisé des revenus d'environ 81 000 $.

Pour toucher de tels revenus, de nombreux maires ont siégé sur différents comités et commissions, en plus de se voir octroyer des allocations annuelles.

Amplement justifié, estime le maire de Brossard

Le maire de Brossard a accepté de commenter dimanche matin ses revenus de plus de 120 000 $ l'an dernier.

M. Leduc affirme que sa rémunération est amplement justifiée. Il a notamment souligné gérer un budget de 120 millions $ ainsi que des centaines d'employés.

«Oui, c'est justifié. Je peux calculer de 50 à 60 heures par semaine dans le travail d'un maire à Brossard, a-t-il dit. La population est bien informée, donc il faut répondre à leurs demandes. Il faut être présent constamment. C'est beaucoup de temps le soir et les fins de semaine, c'est très exigeant. Dans le salaire, il y a un 14 000 $ non imposable là-dedans. C'est une allocation, mais ça me coûte plus cher que ça pour les sorties et pour ce qu'on a à faire en dehors du salaire.»

Selon les chiffres obtenus grâce à la Loi sur l'accès à l'information, plusieurs maires se sont attribués des augmentations de salaire au cours des deux dernières années.

À Brossard, par exemple, le salaire du maire, sans les bonis et autres allocations, a augmenté de 10 000 $ en deux ans. En 2008, le salaire de base du maire Paul Leduc était de 72 971 $. Il est passé à 83 900 $ en 2010.

À Granby, on parle d'une augmentation plus considérable, soit de près de 20 000 $ depuis 2008. Le 1er janvier 2008, le salaire du maire Goulet s'élevait à 56 940 $. En 2010, le maire gagnait plutôt un salaire de 76 196 $.



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos