Régis Labeaume: un homme à l’agenda chargé

Course à la mairie de Québec - Régis Labeaume: un homme à l’agenda chargé

Régis Labeaume

Marc-André Boivin

Dernière mise à jour: 30-11-2007 | 11h50

S’il en est à ses premiers balbutiements en politique municipale, il suffit de lire la biographie de Régis Labeaume pour constater que ce dernier est un homme d’affaires accompli, qui n’a jamais vraiment chômé. Entrepreneur, écrivain, membre de nombreux conseils d’administration, c’est à se demander où l’homme trouve le temps pour tout faire ce qu’il a entrepris.

Le grand public de la Ville de Québec ne le connaît que depuis 2005, année où il a tenté, sans succès, d’être nommé chef du Renouveau municipal de Québec, course remportée par Claude Larose. C’est à la demande de conseillers de la banlieue que M. Labeaume s’est lancé, tête première, dans cette course, avec la ferme intention de faire bouger l’ancien parti du maire L’Allier. «Ce sont des gens que je connaissais au sein du RMQ, des conseillers de banlieue, dont certains étaient en rupture de banc avec leur parti, qui m’ont suggéré de me lancer dans la course. J’avais proposé une petite révolution pour le parti, mais l’alliance entre Claude Larose et Ann Bourget a mené à ma défaite», explique M. Labeaume.

Papa de trois enfants, Catherine, 20 ans, Laurent 18 ans et Corrine, 8 ans, une petite Sud-coréenne que lui et sa femme, Mme Louise Vien, avec qui il est marié depuis plus de 20 ans, ont adopté. C’est grâce à sa plus vieille que Régis Labeaume a décidé de se lancer en politique municipale lui qui avait été, entre 1980 et 1985, conseiller politique de M. Jean-François Bertrand qui était à l’époque, ministre des Communications, ministre responsable de la région de Québec et député de la circonscription de Vanier. «J’aime la politique, mais le déclic s’est fait quand ma fille m’a annoncé qu’elle allait étudier à Montréal. Elle pensait qu’elle n’avait pas d’avenir à Québec. Comme c’est l’auberge espagnole chez nous, elle avait toujours des amis à la maison. J’ai discuté avec eux et je me suis rendu compte qu’ils pensaient tous la même chose. Ça n’avait tout simplement pas de sens», explique-t-il. L’homme d’affaires admet aussi qu’il était assez insatisfait de ce qu’il voyait à Québec pour avoir beaucoup voyager à travers le monde et visiter plusieurs villes nettement en avance aux points de vue économique et technologique.

Diplômé en sociologie de l’Université Laval, M. Labeaume est, depuis 2003, président-directeur général de la Fondation de l’entrepreneurship, organisme voué à la promotion de la culture entrepreneuriale au Québec. Mais, tenez-vous bien, ça ne s’arrête pas là! Copropriétaire de Réadaptation Québec inc., une entreprise de réadaptation physique qui emploie pas moins de 60 personnes, le candidat à la mairie de Québec qui souhaite ardemment défaire Mme Bourget a été président de la Société minière Mazarin pendant huit ans, a été président du c.a. de la Société Asbestos et des mines d’Amiante Bell durant une année en plus d’avoir œuvré en tant que consultant auprès d’entreprises souhaitant s’installer à Québec.

On pourrait continuer encore longtemps, mais résumons le tout, Régis Labeaume est aussi reconnu pour son travail d’administrateur dans le domaine de l’innovation et des hautes technologies auprès de différentes entreprises. C’est sans oublier le fait qu’il est aussi coauteur du livre Les innovations dans le monde minier au Québec et du guide Comment acheter une PME. Il aurait aussi pu écrire le livre «Comment se trouver du temps pour les loisirs», car même avec tout ce boulot, il affirme avoir le temps pour différentes activités. «Je suis un joueur de volleyball, j’essaie de jouer une fois par semaine, quoique c’est très difficile ces temps-ci. J’aime aussi le vélo et récemment j’ai découvert la marche», lance-t-il en riant sans oublier de souligner qu’il aime passer du temps en famille ou en bonne compagnie autour d’une bonne bouteille de rouge et il suit toujours son fils, joueur de hockey, dans les arénas de la région.


Vidéos

Photos