La petite maison blanche attire toujours

Symbole du déluge - La petite maison blanche attire toujours

La célèbre petite maison blanche, celle qui a résisté au déluge de 1996, est devenue aujourd'hui un musée.TVA

Karine Gagnon
Le Journal de Québec

Dernière mise à jour: 17-07-2006 | 09h37

Transformée en musée par le petit-fils de la propriétaire, la petite maison blanche attire encore des milliers de touristes chaque été, dix ans plus tard.

Symbole du déluge de 1996, la fameuse petite maison blanche trône encore aujourd'hui, à peu près seule, au coeur du quartier du Bassin. Les eaux déchaînées y ont déraciné une soixantaine de familles, emportant leur maison.

La petite maison, elle, a résisté. Selon le petit-fils de la propriétaire, Sylvain Genest, il fallait souligner cet exploit.

Son aïeule, Jeanne-d'Arc Lavoie-Genest, est décédée dans le mois qui a suivi le déluge, à 80 ans. «Elle souffrait d'un cancer et je pense que le déluge, l'évacuation et le fait de voir sa maison inondée ont eu raison d'elle», croit Sylvain Genest.

Le jeune homme rendait régulièrement visite à sa grand-mère. Le matin du déluge, il est allé cogner à sa porte, surpris de ne pas la trouver chez elle, comme d'habitude. «J'ai su ensuite qu'elle avait été évacuée. Des pompiers qui étaient sur place m'ont dit de m'en aller, que c'était dangereux.»

Visiter la maison

Sylvain Genest n'a plus jamais revu la petite maison blanche telle qu'elle était. Après les tragiques événements, il a commencé à vendre des petits souvenirs, tout près du bâtiment. «J'ai remarqué que beaucoup de gens souhaitaient entrer dans la maison, ce qui était impossible. J'ai voulu leur donner cette possibilité.»

Le petit-fils Genest a donc présenté un projet de musée à la Ville, qui est propriétaire du bâtiment. Le tout a été accepté, à condition que les normes de la Régie du bâtiment soient respectées. Le jeune homme a investi 85 000 $ au total.

Il y expose des objets ayant appartenu à sa grand-mère, mais aussi des maquettes et un documentaire. «Il y a des milliers de personnes qui viennent chaque été, de mai à septembre, des Québécois mais aussi des Américains et des Européens. Après quoi, on ferme les portes pour l'hiver. Je ne me rendrai pas millionnaire avec ça, évalue le jeune entrepreneur, mais j'arrive à tirer mon épingle du jeu.»

Sylvain Genest compte améliorer l'aménagement autour de la petite maison, au cours des prochaines années, et développer davantage le musée.


Vidéos

Photos